Dernières News

Il y a des tempêtes de neige sur Mars la nuit

tempêtes de neige sur Mars La calotte polaire de Mars. Crédit ESA

Il y a des tempêtes de neige sur Mars la nuit

Selon une nouvelle étude, publiée le 21 août dernier dans la revue Nature, il y a des tempêtes de neige sur Mars la nuit. En 2008, la  sonde Phoenix de la NASA avait détecté de la neige tombant des nuages au-dessus de la planète rouge. Toutefois les scientifiques pensaient que les particules de glace d’eau tombaient lentement et qu’elles se sublimaient, c’est à dire qu’elles passaient de l’état solide à l’état gazeux avant de toucher le sol martien. De nouvelles recherches menées par une équipe de planétologues du Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD), de l’Université de Stanford (USA) et du Laboratoire Atmosphères Milieux Observations Spatiales (LATMOS), démontrent que des vents très violents engendrent des tempêtes de neige. Ils se sont basés sur les données des sondes MGS (Mars Global Surveyor) et MRO (Mars Reconnaissance Orbiter). Quand le soleil se couche sur Mars, la température à l’intérieur des nuages chute de 4 °C par heure. Localement, cela provoque des vents violents qui rabattent la neige vers la surface. Les flocons seraient moins doux que sur Terre, ils seraient composés de minuscules morceaux de glace. Le CNRS a relayé cet étude dans un article qui explique comment ces tempêtes se forment.

Ce sont des phénomènes nocturnes qui résultent de la déstabilisation de l’atmosphère causée par le refroidissement par émission de rayonnement infrarouge des particules de glace d’eau. Il s’ensuit de puissants mouvements convectifs au sein du nuage et en dessous, insoupçonnés avant l’étude détaillée des chercheurs. Les particules de glace d’eau qui forment le nuage sont transportées dans les courants descendants, ce qui leur permet de précipiter à toute vitesse, formant les virgas détectées par la sonde Phoenix et observées également sur Terre.

Cette étude est importante pour la compréhension du climat martien et pour les futurs missions habitées. Les scientifiques supposent également que les vents peuvent mener les particules d’eau dans la haute atmosphère, provoquant une fuite d’eau dans l’espace. Cela pourrait en parti expliquer comment la planète rouge perd son eau.

Source

L’étude publiée dans le journal Nature, le 21/08/2017 est ici, le format pdf est ici. Pour approfondir retrouvez l’article scientifique publié sur le site du CNRS, ici. Article issu du site Agences-Spatiales.